a été ajouté à votre panier avec succès.

Panier

Quel texte pour un livret de messe ?

Le livret de messe est d’une importance cruciale pour plusieurs raisons. D’abord, c’est le document le plus urgent à imprimer. De fait, on l’imprime parfois soi-même, au plus pressé, alors qu’il doit être magnifique pour devenir ensuite un souvenir impérissable de la cérémonie. 

livret de messe avec chants exemple

Vous l’aurez compris, pour nous, l’imprimerie Schneider, il s’agit ici de la première étape dans notre accompagnement, après la carte de remerciement, après la cérémonie, et la  carte souvenir, que vous enverrez en général à la date du premier anniversaire de décès.

 

L’entrée

 

Option 1 – Sarabande, de Georg Friedrich Haendel

Option 2 – Allegro en La mineur, de Vivaldi

 

livret de messe exemple de chants impression

Le reste de la cérémonie 

 

Orgue

Option – Adagio d’Albinoni

 

 

Témoignages

 

 

Chant d’entrée

Option 1

– Trouver dans ma vie ta présence

R / Trouver dans ma vie ta présence

Tenir une lampe allumée

Choisir avec toi la confiance

Aimer et se savoir aimé

 

Croiser ton regard dans le doute

Brûler à l’écho de ta voix

Rester pour le pain de la route

Savoir reconnaître ton pas

 

Ouvrir quand tu frappes à ma porte

Briser les verrous de la peur

Savoir tout ce que tu m’apportes

Rester et devenir meilleur

 

Option 2

– Si le Père vous appelle

Si le Père vous appelle, à aimer comme il vous aime,

Dans le feu de son Esprit, bienheureux êtes-vous !

Si le monde vous appelle à lui rendre une espérance,

A lui dire son salut, bienheureux êtes-vous,

Si l‘Eglise vous appelle à peiner pour le Royaume,

Aux travaux pour la moisson, Bienheureux êtes-vous !

 

R / Tressaillez de joie ! Tressaillez de joie !

Car vos noms sont inscrits, pour toujours, dans les cieux !

Tressaillez de joie ! Tressaillez de joie !

Car vos noms sont inscrits dans le cœur de Dieu !

 

Si le Père vous appelle, à montrer qu’il est tendresse,

A donner le pain vivant, bienheureux êtes-vous !

Si le monde vous appelle au combat pour la justice,

Au refus d’être violents, bienheureux êtes-vous !

Si l’Eglise vous appelle à l’amour de tous les hommes,

Au respect du plus petit, bienheureux êtes-vous !

 

Option 3

– Peuple de baptisés

Peuple de baptisés, marche vers ta lumière :

le Christ est ressuscité ! Alléluia, alléluia !

 

Notre Père nous aime avec tendresse

et cet amour est vivant pour les siècles.

Que son peuple le dise à l’univers.

Il rachète et rassemble tous les hommes.

 

À tous ceux qui marchaient dans la tristesse,

la solitude, la faim, les ténèbres,

le Seigneur a donné son réconfort,

les guidant sur sa route de lumière.

 

Proclamons la bonté de notre Père,

et les merveilles de Dieu pour les hommes.

Plus de faim, plus de soif et plus de peur :

car sans cesse il nous comble avec largesse.

 

Option 4

– Oh Seigneur je viens vers toi

R / O Seigneur je viens vers toi, je viens vers toi, je te cherche mon Dieu

O Seigneur, écoute moi, écoute moi, je t’espère mon Dieu

 

Toi, Seigneur, tu es la vie, moi je n’étais rien

Toi, tu m’as donné la Vie, moi je suis ton enfant.

 

Toi, Seigneur, tu es l’amour, moi, j’étais perdu

Toi, tu es toute tendresse, moi, je cherche ta main.

 

Toi, Seigneur, tu es pardon, moi je suis pécheur

Tu écoutes et tu pardonnes, oh ! mon Dieu je t’implore.

Mot d’accueil

 

 

Rite de la lumière

Option – Ma lumière et mon salut, c’est le Seigneur, Alleluïa

 

 

Kyrie chanté

Option 1

– San Lorenzo

Kyrie Eleison (ter)

Christe Eleison (ter)

Kyrie Eleison (ter)

 

Option 2

– Jésus, Berger de toute humanité,

Tu es venu chercher ceux qui étaient perdus.

 

R / Prends pitié de nous, fais-nous revenir,

Fais nous revenir à toi, Prends pitié de nous.

 

Jésus, Berger de toute humanité,

Tu es venu guérir ceux qui étaient malades.

 

Jésus, Berger de toute humanité,

Tu es venu sauver ceux qui étaient pécheurs.

 

Option 3

– Seigneur prends pitié

Oh Christ prends pitié

Seigneur prends pitié

 

 

Première lecture

Option 1

– Lecture de la première lettre de saint Jean (1 Jn 3, 1-2)

Bien aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes.

Voici pourquoi le monde ne nous connait pas : c’est qu’il n’a pas connu Dieu.

Bien aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté.

Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est. 

 

Option 2

– Lecture de l’Apocalypse de saint Jean (21, 1-5a. 6b-7)

Moi, Jean, j’ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre s’en étaient allés et, de mer, il n’y en a plus.

Et la Ville sainte, la Jérusalem nouvelle, je l’ai vue qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu, prête pour les noces, comme une épouse parée pour son mari.

Et j’entendis une voix forte qui venait du Trône. Elle disait :

« Voici la demeure de Dieu avec les hommes ; il demeurera avec eux, et ils seront ses peuples, et lui-même, Dieu avec eux, sera leur Dieu.

Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur : ce qui était en premier s’en est allé. »

Alors celui qui siégeait sur le Trône déclara :

« Voici que je fais toutes choses nouvelles. 

Moi, je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. À celui qui a soif, moi, je donnerai l’eau de la source de vie, gratuitement.

Tel sera l’héritage du vainqueur ; je serai son Dieu, et lui sera mon fils. »

 

Option 3

– Seconde lettre de saint Paul Apôtre à Timothée (2 Tm 2, 8-13)

Bien-aimé,

souviens-toi de Jésus Christ,

ressuscité d’entre les morts,

le descendant de David :

voilà mon Évangile.

C’est pour lui que j’endure la souffrance,

jusqu’à être enchaîné comme un malfaiteur.
Mais on n’enchaîne pas la parole de Dieu !

C’est pourquoi je supporte tout

pour ceux que Dieu a choisis,

afin qu’ils obtiennent, eux aussi,

le salut qui est dans le Christ Jésus,

avec la gloire éternelle.

 

Voici une parole digne de foi :

« Si nous sommes morts avec lui,

avec lui nous vivrons.
Si nous supportons l’épreuve,

avec lui nous régnerons.
Si nous le rejetons,

lui aussi nous rejettera.

Si nous manquons de foi,

lui reste fidèle à sa parole,

car il ne peut se rejeter lui-même. »

 

 

 

Option 4

– Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères,

Nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort ; il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres, qui n’ont pas d’espérance. Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons, ceux qui se sont endormis, Dieu, à cause de Jésus, les emmènera avec son fils.

Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur.

Retenez ce que je viens de dire et réconfortez-vous les uns les autres.

 

Option 5

– Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (12,31 – 13,13)

Frères,

Recherchez avec ardeur les dons les plus grands. Et maintenant, je vais vous indiquer le chemin par excellence. J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien.

L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais.

Les prophéties seront dépassées, le don des langues cessera, la connaissance actuelle sera dépassée. En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles. Quand viendra l’achèvement, ce qui est partiel sera dépassé. Quand j’étais petit enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Maintenant je suis un homme, j’ai dépassé ce qui était propre à l’enfant.

Nous voyons actuellement de manière confuse, comme dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement, ma connaissance est partielle ; ce jour-là je connaîtrai parfaitement, comme j’ai été connu. Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité.

 

Option 6

– Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,

Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?

Il n’a pas épargné son propre Fils,

Mais il l’a livré pour nous tous :

Comment pourrait-il, avec lui, ne pas nous donner tout ?

Qui accusera ceux que Dieu a choisis ?

Dieu est celui qui rend juste : alors, qui pourra condamner ?

Le Christ Jésus est mort ; bien plus, il est ressuscité,

il est à la droite de Dieu, il intercède pour nous :

Alors, qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ?

la détresse ? l’angoisse ? la persécution ?

la faim ? le dénuement ? le danger ? le glaive ?

Non, car en tout cela nous sommes les grands vainqueurs

grâce à celui qui nous a aimés.

J’en ai la certitude, ni la mort, ni la vie, ni les anges,

ni les Principautés célestes, ni le présent, ni l’avenir,

ni les Puissances, ni les hauteurs, ni les abîmes,

ni aucune autre créature,

rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu

qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur

 

 

Parole du Seigneur

 

 

Psaume

Option 1

– Dans ton amour, Seigneur, ne l’oublie pas

R / Vers toi, Seigneur, j’élève mon âme.

 

Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,

ton amour qui est de toujours.
Dans ton amour, ne m’oublie pas,

En raison de ta bonté, Seigneur.

 

L’angoisse grandit dans mon cœur :

tire-moi de ma détresse.
Vois ma misère et ma peine,

enlève tous mes péchés.

 

Garde mon âme, délivre-moi ;

je m’abrite en toi : épargne-moi la honte.
Droiture et perfection veillent sur moi,

sur moi qui t’espère !

 

Option 2

– Le Seigneur est mon berger

R / Le Seigneur est mon berger,

Rien ne saurait me manquer.

 

Le Seigneur est mon berger :

je ne manque de rien.

Sur des prés d’herbe fraîche,

il me fait reposer.

 

Il me mène vers les eaux tranquilles

et me fait revivre ;

il me conduit par le juste chemin

pour l’honneur de son nom.

 

Si je traverse les ravins de la mort,

je ne crains aucun mal,

car tu es avec moi :

ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi

devant mes ennemis ;

tu répands le parfum sur ma tête,

ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent

tous les jours de ma vie ;

j’habiterai la maison du Seigneur

pour la durée de mes jours.

 

Option 3

– Mon âme a soif de toi

R / Mon âme a soif de toi, seigneur, mon Dieu !

 

Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube :

mon âme a soif de toi ;

après toi languit ma chair,

terre aride, altérée, sans eau.

 

Je t’ai contemplé au sanctuaire,

j’ai vu ta force et ta gloire.

Ton amour vaut mieux que la vie :

tu seras la louange de mes lèvres !

 

Toute ma vie je vais te bénir,

lever les mains en invoquant ton nom.

Comme par un festin je serai rassasié ;

la joie sur les lèvres je dirai ta louange.

 

Oui tu es venu à mon secours ;

je crie de joie à l’ombre de tes ailes.

Mon âme s’attache à toi,

ta main droite me soutient.

 

 

Psaume de la création

Option

Par les cieux devant toi, splendeur et majesté,

Par l’infiniment grand, l’infiniment petit,

Et par le firmament, ton manteau étoilé,

Et par frère soleil, je veux crier

 

R / Mon Dieu, tu es grand tu es beau,

Dieu vivant, Dieu Très-Haut,

Tu es le Dieu d’Amour !

Mon Dieu, tu es grand, tu es beau,

Dieu vivant, Dieu Très-Haut,

Dieu présent, en toute création

 

Par tous les océans et par toutes les mers,

Par tous les continents et par l’eau des rivières,

Par le feu qui te dit comme un buisson ardent,

Et par l’aile du vent, je veux crier

 

Refrain

 

 

Acclamation de l’Evangile

Option – Alleluia Pascal

 

 

Alleluia

Option – Taizé

 

 

Evangile

Option 1

– Evangile de Jésus Christ selon saint Luc

Le même jour (c’est-à-dire le premier jour de la semaine), deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.

Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.

Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? ». Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.

L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »

Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.

Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.

À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.

Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »

Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »

Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.

Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.

Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.

Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.

Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.

Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »

À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »

À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

 

Option 2

– Evangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 14,1-6)

En ce temps-là,

il disait à ses disciples :

« Que votre cœur ne soit pas bouleversé :

vous croyez en Dieu,

croyez aussi en moi.
Dans la maison de mon Père,

il y a de nombreuses demeures ;

sinon, vous aurais-je dit :

« Je pars vous préparer une place ? »

Quand je serai parti vous préparer une place,

je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi,

afin que là où je suis,

vous soyez, vous aussi.

Pour aller où je vais,

vous savez le chemin. »

Thomas lui dit :

« Seigneur, nous ne savons pas où tu vas.

Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »

Jésus lui répond :

« Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ;

personne ne va vers le Père sans passer par moi. »

 

Option 3

– Selon saint Jean (Jn 14,1-6) / prose

A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : « Je pars vous préparer une place ». Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. Pour aller où je m’en vais, vous savez le chemin ». Thomas lui dit : » Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas : comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie : personne ne va vers le Père sans passer par moi. »

 

Option 4

– Lecture de l’évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 5, 1-12a)

En ce temps là, voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait :

« Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux.

Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.

Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.

Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.

Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.

Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.

Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.

Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice,

car le royaume des Cieux est à eux.

Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.

Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse,

car votre récompense est grande dans les cieux ! »

 

 

Homélie

 

 

Prière universelle

– R / Seigneur, écoute-nous, Seigneur, exauce-nous.

 

Prions pour X.

Option 1

Il / Elle a fait de belles choses pendant sa vie sur la terre, et nous t’en rendons grâce avec lui ; il / elle a eu aussi des faiblesses et nous te supplions de l’accueillir, de lui pardonner et de le / la combler de bonheur. R /

 

Option 2

Prions pour les siens (A, B et C). Que l’affection qui les unit et l’amitié qui les entourent les aident à supporter cette épreuve. R /

 

Option 3

Prions pour tous ceux qui connaissent la souffrance, la longue maladie, la solitude, la dépendance ; prions aussi pour tous ceux qui accompagnent des grands malades : que Dieu leur donne courage et force. R /

 

Option 4

Prions pour l’Eglise que nous sommes tous ensemble : que par notre attention envers tous nous soyons de vrais témoins de l’espérance qui nous anime. R /

 

 Sûrs de ton amour et forts de notre foi, Seigneur nous te prions.

– Accueille au creux de tes mains la prière de tes enfants.

 

 

Offertoire

 

 

Sanctus

Option 1

– Grégorien

Sanctus, Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus sabaoth,

Pleni sunt caeli et terra gloria tua,

Hosanna in excelsis.

Benedictus qui venit in nomine Domini.

Hosanna in excelsis.

 

Option 2

– Saint, Saint, Saint le Seigneur Dieu de l’univers.

Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire. Hosanna au plus haut des cieux.

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Hosanna au plus haut des cieux.

 

 

 

 

Anamnese

Option

– Amazing grace

Gloire à toi, qui étais mort – Gloire à toi Jésus,

Gloire à toi, qui es vivant – Gloire à toi,

Gloire à toi, ressuscité – Viens revivre en nous,

Aujourd’hui – Et jusqu’au dernier jour.

 

 

Notre Père

Option 1

– Rimsky Korsakoff

 

Option 2

– (dit)

Notre Père qui es aux cieux,

que ton nom soit sanctifié,

que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite

sur la terre comme au ciel.

 

Donne-nous aujourd’hui

notre pain de ce jour,

pardonne-nous nos offenses

comme nous pardonnons aussi

à ceux qui nous ont offensés,

et nous nous laisse pas entrer en tentation

mais délivre-nous du Mal.

 

Car c’est à toi qu’appartiennent le règne,

La puissance et la gloire, pour les siècles des siècles.
Amen

 

 

Agnus Dei / Agneau de Dieu

Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde,

Prends pitié de nous, Seigneur

Prends pitié de nous, Seigneur

 

Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde,

Prends pitié de nous, Seigneur

Prends pitié de nous, Seigneur

 

Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde,

Prends pitié de nous, Seigneur

Prends pitié de nous, Seigneur

 

 

Communion

Option 1 – Orgue

Option 2 – Albinoni Adagio en G Mineur

 

Option 3

– Nous te rendons grâce

R / Nous te rendons grâce

Pour tant de tendresse,

Tu donnes l’eau vive

Par ton cœur transpercé.

Nous te bénissons

Pour tant de merveilles,

Tu donnes la vie,

Tu donnes l’Esprit.

 

1 – Dieu, c’est toi mon Dieu,

C’est toi que je cherche,

Toute ma chair après toi languit.

Je veux ton amour pour guider ma vie ;

Mon âme a soif, a soif de toi.

 

2 – Mes lèvres diront sans fin ton éloge,

Toute ma vie, je veux te bénir.

Je veux, à ton nom, élever les mains,

Mon âme a soif, a soif de toi.

 

3 – Quand je songe à toi,

Quand j’espère en toi,

Quand je t’appelle, toujours tu réponds.

Alors je jubile en paix sous tes ailes,

Mon âme a soif, a soif de toi.

 

4 – Et quand je te cherche,

Tu te laisses trouver,

Rassasie-moi de ta présence.

Je suis une terre altérée sans eau ;

Mon âme a soif, a soif de toi.

 

Option 4

– Dieu est amour

R / Dieu est amour, Dieu est lumière, Dieu, notre Père.

 

En toi, Seigneur, point de ténèbres, ton Esprit est vérité.

Si nous vivons au cœur du monde, nous vivons au cœur de Dieu.

Si nous marchons dans la lumière, nous tenons la main de Dieu.

Si nous voulons un monde juste, dans l’Amour nous demeurons.

Nous connaissons Dieu notre Père en vivant dans son amour.

Nous proclamons Dieu notre Père en mangeant le même pain.

Notre travail construit la terre. Le Seigneur est avec nous.

En toi, Seigneur, l’œuvre de l’homme est marquée d’éternité.

Nous contemplons en tout visage ton amour, Seigneur Jésus.

En toi, Seigneur, la joie parfaite. Nul ne peut nous la ravir.

Heureux le cœur de l’homme pauvre, le Seigneur est son trésor.

Nous attendons dans l’espérance ton retour, Seigneur Jésus.

Un jour enfin, dans la lumière, le Seigneur nous recevra.

À Jésus Christ, à notre Père, à l’Esprit, gloire sans fin.

 

 

Chant d’action de grâce

 

 

Encensement et Bénédiction

Option – Erik Satie – Gymnopédie No.1

 

 

Dernier adieu

Option 1

– Sur le seuil de sa maison, notre Père t’attend.

Et les bras de Dieu s’ouvriront pour toi.

Sur le seuil de sa maison notre Père t’attend.

 

Quand les portes de la vie s’ouvriront devant nous,

Dans la paix de Dieu nous te reverrons.

 

L’eau qui t’a donné la vie lavera ton regard

Et tes yeux verront le salut de Dieu.

 

Comme à ton premier matin brillera le soleil,

Et tu entreras dans la joie de Dieu. (bis)

 

Option 2

– Mon Père, je m’abandonne à toi

1 – Mon Père, mon Père, je m´abandonne à toi

Fais de moi ce qu´il te plaira.

Quoi que tu fasses, je te remercie,

Je suis prêt à tout, j´accepte tout,

 

R / Car tu es mon Père, je m´abandonne à toi

Car tu es mon Père, je me confie en toi.

 

2 – Mon Père, mon Père, en toi je me confie,

En tes mains, je mets mon esprit.

Je te le donne, le cœur plein d´amour.

Je n´ai qu´un désir : t´appartenir.

 

Option 3

– Prière du Père Sertillanges

Par la mort, la famille ne se détruit pas, elle se transforme.

Une part d’elle va dans l’invisible.

On croit que la mort est une absence quand elle est une présence secrète.

On croit qu’elle crée une infinie distance alors qu’elle supprime toute distance en ramenant à l’esprit ce qui se localisait dans la chair.

Plus il y a d’êtres qui ont quitté le foyer, plus les survivants ont d’attaches célestes.

Le ciel n’est plus peuplé d’anges, de saints inconnus et du Dieu mystérieux : il devient familier.

C’est la maison de la famille, en son étage supérieur si je puis dire ;

Et, du haut en bas, le souvenir, le secours, les appels se répondent. Ainsi soit-il.

 

Option 4 – In Paradisum

 

 

Ave Maria

 

 

Chant à Marie

Option 1

– Couronnée d’étoiles

Nous te saluons, ô toi notre Dame

Marie, Vierge Sainte que drape le soleil

Couronnée d’étoiles, la lune est sous tes pas

En toi nous est donnée l’aurore du Salut.

 

1 – Marie Eve nouvelle et joie de ton seigneur,

Tu as donné naissance à Jésus le sauveur.

Par toi nous sont ouvertes, les portes du jardin

Guide-nous en chemin, étoile du matin.

 

2 – Tu es restée fidèle, mère au pied de la croix,

Soutiens notre espérance et garde notre foi.

Du côté de ton fils, tu as puisé pour nous,

L’eau et le sang versés qui sauvent du péché.

 

3 – Quelle fut la joie d’Eve lorsque tu es montée,

Plus haut que tous les anges, plus haut que les nuées,

Et quelle est notre joie, douce Vierge Marie

De contempler en toi la promesse de vie.

 

4 – Ô Vierge immaculée, préservée du péché,

En ton âme en ton corps, tu entres dans les cieux.

Emportée dans la gloire, sainte reine des cieux,

Tu nous accueilleras, un jour auprès de Dieu.

 

Option 2 – Schubert (Orgue et Chanteuse)

 

 

Orgue

Option 1 – Jésus, que ma joie demeure, de Bach

Option 2 – Choral du veilleur, de Bach

Option 3 – Que ma joie demeure, de Bach

 

 

Final

Option – Nat King Cole L.O.V.E

 

 

Remerciements

 

 

Chant pour l’enterrement

Option

– Je n’ai d’autre désir, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus

1 – Je n’ai d’autre désir

Que de t’appartenir

Etre à toi pour toujours

Et livré à l’amour.

Je n’ai d’autre désir

Que de t’appartenir.

 

2 – Je n’ai d’autre secours

Que renaître à l’amour

Et soumettre ma vie,

Au souffle de l’esprit.

Je n’ai d’autre secours

Que renaître à l’amour.

 

3 – Je n’ai d’autre espérance

Que m’offrir en silence,

Au don de ton amour

M’offrir jour après jour.

Je n’ai d’autre espérance

Que m’offrir en silence.

 

4 – Je n’ai d’autre raison

Que l’amour de ton nom

Mon bonheur est de vivre

Ô Jésus pour te suivre.

Je n’ai d’autre raison

Que l’amour de ton nom.

 

 

Inhumation

Option 1 – Je vous salue Marie

 

Option 2

– L’absente, Poème d’Eileen Cicoli

Vous pouvez verser des larmes parce qu’elle est partie,

ou Vous pouvez sourire parce qu’elle a vécu.

Vous pouvez fermer les yeux et prier pour qu’elle revienne,

ou Vous pouvez ouvrir les yeux et voir ce qu’elle nous a laissé.

Votre cœur peut-être vide parce que vous ne pouvez la voir, ou Il peut être plein de l’amour que vous avez partagé.

Vous pouvez tourner le dos à demain et vivre hier,

ou Vous pouvez être heureux demain parce qu’il y a eu hier.

Vous pouvez vous souvenir d’elle et ne penser qu’à son départ,

ou Vous pouvez chérir ce souvenir et le laisser vivre.

Vous pouvez pleurer et vous fermer, ignorer et tourner le dos,

ou Vous pouvez faire ce qu’elle aurait voulu :

Sourire, ouvrir les yeux, aimer et continuer.

 

Option 3

– Musique / La Prière de Georges Brassens

Par le petit garçon qui meurt près de sa mère

Tandis que des enfants s’amusent au parterre

Et par l’oiseau blessé qui ne sait pas comment

Son aile tout à coup s’ensanglante et descend

Par la soif et la faim et le délire ardent

Je vous salue, Marie.

Par les gosses battus, par l’ivrogne qui rentre

Par l’âne qui reçoit des coups de pied au ventre

Et par l’humiliation de l’innocent châtié

Par la vierge vendue qu’on a déshabillée

Par le fils dont la mère a été insultée

Je vous salue, Marie

Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids

S’écrie: « Mon Dieu ! » par le malheureux dont les bras

Ne purent s’appuyer sur une amour humaine

Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène

Par le cheval tombé sous le chariot qu’il traîne

Je vous salue, Marie.

Par les quatre horizons qui crucifient le monde

Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe

Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans mains

Par le malade que l’on opère et qui geint

Et par le juste mis au rang des assassins

Je vous salue, Marie.

Par la mère apprenant que son fils est guéri

Par l’oiseau rappelant l’oiseau tombé du nid

Par l’herbe qui a soif et recueille l’ondée

Par le baiser perdu par l’amour redonné

Et par le mendiant retrouvant sa monnaie

Je vous salue, Marie.

Imprimerie Schneider

Auteur Imprimerie Schneider

Plus d’articles de Imprimerie Schneider

Laisser une réponse